SOUS INFLUENCE TORDUE

François Mitterrand n’a jamais craint la canaille et l’Histoire peut témoigner de ses fréquentations les plus obscures. Roland Dumas, son ex ministre des affaires étrangères et son ex président du conseil constitutionnel est encore de ce monde hélas pour en témoigner. De cet avocat du barreau de chaise à malices, je ne retiendrai pour ma part que l’homme rincé au pétrole d’Elf, ses accointances avec des tas d’individus frelatés et surtout ses bottines vernies payées à 13 000 francs la paire, avant que l’euro n’ait cours. Un peu réducteur me direz-vous, car à lire son CV, on y voit des faits de résistance pendant l’occupation allemande. Résistance à l’ennemi hier peut-être, mais résistant à l’anti sémitisme aujourd’hui, pas sûr ! Ses propos ciblant la femme de Valls parce qu’elle est juive me paraissent assez douteux, voire même poisseux. Il n’a qu’à lui tricoter une étoile jaune tant qu’il y est ! Du temps où ce monsieur était selon ses dires résistant, chaque jour, on dénonçait l’épicier de la rue, la voisine de l’étage du dessus, le gamin d’en face qu’on ne voyait pas aller à l’école, et même parfois le mari de la femme qu’on convoitait. Comment il se positionnait le Chat botté à l’époque ? Faudrait faire une petite enquête à ce sujet ! Mitterrand qui connaissait bien son monde avait coutume de dire : « J'ai deux avocats : Robert Badinter pour le droit, Roland Dumas pour le tordu». C’est tout dire ! Quand d’autres croupissent dans des mouroirs infâmes avec une retraite de paramécie, ce type de 92 ans gavé et torché est invité par la valetaille vicieuse à déverser sur les ondes ses propos séniles tout en continuant à toucher le pactole que lui verse l’Etat. De quoi vous faire encore et encore lever le poing rageur vers le ciel !