panier

Que cela soit dit et écrit à l’aube de cette nouvelle année qui commence, je ne réponds pas aux vœux envoyés en lot ou en groupage, par mail, mms, sms ou ffs , où l’on doit se chercher dans le listing des expéditeurs mal avisés. Ceux-ci se reconnaîtront ! Avec des formules toutes faites en appelant à la fraternité, à la prospérité, à la santé ou autres couillonnades, ceux qui veulent pourtant bien faire, finissent par faire à côté, comme les mecs de la maison, et ils finissent par oublier à qui ils s’adressent. Vous vous retrouvez côtoyant les pêcheurs à la ligne, le clerc de notaire, l’ex belle-mère, le trésorier de l’amicale de la pétanque et vous n’avez aucune chance d’y déceler le moindre signe d’attention personnalisée. ET LA TENDRESSE BORDEL ? On n’embrasse pas toutes ses connaissances de la même manière, Tidiou ! Gardez vos vœux dans votre panier mesdames et messieurs les mal inspirés, car je n’ai pas la culture Fesse-Bouc. Par contre, quand je reçois un petit mot personnel comme celui de Géhem, l’un de mes illustres confréronautes, qui s’adresse à moi en particulier, pour me la souhaiter douce et légère, c’est du lourd, et j’éprouve un petit pincement sur la bretelle gauche et je m’empresse de répondre. BONNE ANNÉE GÉHEM ! Sois fort, porte- toi bien et poursuis ton œuvre avec le délire qu’on te connaît. J’en profite aussi pour saluer mes deux autres confréronautes qui m’ont longtemps accompagné, Yves le Limougeaud, fervent supporteur de Macron, et Hopla Boum le Strasbourgeois. J’ai une pensée bloguesque et amicale aussi pour ceux qui passent ici régulièrement mais anonymement et sans moufter.  Bonne année à vous tous !